Rechercher les cas d'OBSERVATION

TRANS-EN-PROVENCE (83) 08.01.1981

Observé le : 08-01-1981
Région : Provence Alpes Cote d'azur
Département : Var
Classe : D
Résumé : TRANS-EN-PROVENCE (83) 08.01.1981. Observation de l'atterrissage et du départ d'un objet ayant laissé des traces au sol.
Description : Le 8 janvier 1981, le témoin est sur la terrasse supérieure de sa propriété et travaille à la construction d'un petit édifice en maçonnerie pour protéger une pompe. Son attention est soudain attirée par un sifflement et il voit un engin descendre vers le sol, se poser en contrebas à quelques dizaines de mètres de lui et repartir après quelques secondes selon une trajectoire verticale avant de disparaitre à grande vitese aux yeux du témoin. Sous l'engin, le témoin aperçoit des formes circulaires prohéminentes qu'il identifie comme étant des trappes où des pieds. L'engin de couleur grise comme du zinc, n'émettait ni flamme ni fumée et avait une dimension d'environ 2,5 m sur 1,70 de hauteur, il était circulaire, avec sur son diamètre une bande plus épaisse, les "pieds" étant de la dimension "d'un seau de maçon". L'ensemble de l'observation a duré de 30 à 40 secondes. Lorsque le témoin s'approche du lieu d'atterrissage il constate une trace d'environ 2 mètres de diamètre sur le sol avec des marques de "ripages" en certains points de sa circonférence. La gendarmerie intervient le 9 janvier, auditionne le témoin, constate la trace sur le sol, et procède a des prélèvements d'échantillons de terre sur la trace elle-même ainsi que de plants de luzerne sauvage prélevés de façon progressive depuis la trace jusqu'à 10 mètres environ de celle-ci. Le GEPAN est intervenu le 17 février. Les traces sont encore visibles et une nouvelle série de prélèvements de luzerne et de terre est effectuée. Les analyses de sol ont été confiées à quatre laboratoires différents qui ont effectué des analyses selon des techniques différentes et apporté chacun un point de vue complémentaire. La synthèse de ces analyses permet de mettre en valeur trois résultats principaux : • Un tassement significatif du sol montrant la présence d'un corps pesant ayant laissé un léger dépôt de fer et d'oxyde fer, mais aussi de phosphates et de zinc pouvant venir du frottement sur le sol d'un revêtement de peinture. • Les résidus noirâtres relevés sur la trace peuvent être des résidus de combustion, • Un échauffement significatif (mais inférieur à 600°) a également été détecté. Les analyses biochimiques des échantillons de luzerne ont été réalisées par un laboratoire de biochimie de l'INRA. Elles ont montré des dégradations multiples des plantes corrèlées avec leur distance à la trace. Les causes de ces dégradations n'ont pas été déterminées mais l'hypothèse d'un champ électrique intense peut être envisagée. Les analyses menées n'ont guère permis d'apporter une estimation quantitative du phénomène, pas plus qu'une preuve de la narration du témoin, qui reste unique, bien que le comportement de celui-ci ne permette pas de mettre en doute sa crédibilité. Un phénomène important inhabituel s'est produit ce jour là, et l'enquête n'a pas permis d'en déterminer l'origine..
Compte-rendu : Meteo-R.pdf
retour

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

 

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

Base de données des cas

Base de données des témoignages