Rechercher les cas d'OBSERVATION

RENTREE ATMOSPHERIQUE 5 NOVEMBRE 1990

Observé le : 05-11-1990
Région : National
Département : National
Classe : A
Résumé : RENTREE ATMOSPHERIQUE 5 NOVEMBRE 1990. Observation par des milliers de personnes d'une rentrée atmosphérique d'une ampleur exceptionnelle : rentrée dans l'atmosphère du 3ème étage d'une fusée soviétique PROTON.
Description : Il est 20 heures le 5 novembre 1990 lorsque les services de sécurité du CNES sont submergés d'appels en provenance de nombreuses brigades de gendarmerie signalant un étrange phénomène lumineux ayant traversé une grande partie de la France vers 19 heures.
Durant plus d'une semaine, le SEPRA recevra de nombreux appels de témoins demandant des explications à propos "d'un immense triangle lumineux" qui traversant le ciel. Parmi les témoins J.P. Haigneré, spationaute au CNES confirmera l'étrangeté du phénomène. Au centre de lancement de ballons d'Aire-sur-Adour, les techniciens retarderont un lancement pour observer le phénomène !
Le service du SEPRA est renforcé pour l'occasion, et la recherche d'informations commence auprès des autorités aériennes civiles et militaires, des services de météorologie et de la NASA pour une éventuelle rentrée atmosphérique.
La réponse de la NASA arrive le 8 novembre en indiquant, pour le 5 novembre, la rentrée de l'objet "20925/1990 – 94C / GORIZONT 21 PLATFORM / USSR". Les services d'orbitographie du CNES confirment la trajectoire de cette rentrée qui traversa la France du golfe de Gascogne à l'Alsace. Cette information est fournie aux agences de presse le 9 novembre 1990. A noter qu'un témoin, membre d'un réseau d'observation particulièrement efficace, informait le SEPRA dès le 6 novembre qu'il s'agissait de la rentrée 90/94C et qu'il était passé à 103 km au-dessus du golfe de Gascogne pour sortir dans l'est de la France à 83 km d'altitude.
Le survol d'un nuage de débris d'un 3eme étage de fusée soviétique PROTON se passe à une altitude de 100 à 50 km et à une vitesse décroissante de 7 à 2km/s (25 000 à7 200km/h). Or un témoin, quel qu'il soit, ne peut pas estimer la distance d'un objet inconnu, a fortiori des points lumineux, de nuit. Cependant son cerveau estime inconsciemment une distance, à partir de l'intensité lumineuse du phénomène. (voir l'explication sur l’estimation de taille et de distance d'un phénomène inconnu.)
Cet ensemble de débris en fusion, suivi de traînées, s’étire dans l’espace sur plusieurs dizaines de kilomètres selon la forme et la composition des pièces métalliques. Et c’est la puissance lumineuse du phénomène qui l’a fait paraître proche aux témoins.
Cette illusion de proximité est constatée à chaque observation de bolide.
Cette illusion de perception, dite illusion de distance, est bien connue des psychologues de la perception visuelle. Tout comme l'illusion de contour ou illusion de forme : dans ce cas lorsqu'un observateur voit un ensemble de points se déplacer ensemble, son cerveau construit un objet virtuel portant ces points. Voir l'article sur la psychologie de la forme.
. Or la majorité des témoignages de la rentrée atmosphérique du 5 novembre 1990 relatent l'observation d'un engin sombre, muni de multiples lumières, volant à basse altitude, de l'O-SO vers le E-NE.
Les témoignages sont conformes à l'observation d'un nuage de débris en fusion issus de la fragmentation du 3 eme étage de fusée PROTON rentrant dans l'atmosphère :
-l'heure d'observation et sa durée,
-les multiples points lumineux,
-la direction d'observation: voir la nouvelle simulation de la rentrée atmosphérique du 05.11.1990,
-la taille apparente (des témoins sont surpris de voir que la taille apparente ne varie pas au cours du passage : preuve que l'objet est très lointain).
Le GEIPAN classe ce cas "A" comme observation de la rentrée dans l'atmosphère du 3ème étage d'une fusée PROTON.
Plusieurs témoins, très choqués par leur observation, n’ont pas admis cette explication.
Compte-rendu : compte rendu 09084-R.pdf
compte rendu 09085-R.pdf
compte rendu 09086-R.pdf
compte rendu 09087-R.pdf
compte rendu 09088-R.pdf
compte rendu 09089-R.pdf
compte rendu 09090-R.pdf
compte rendu 09091-R.pdf
retour

Document(s)

Témoignage(s)

1990110048
1990110389
1990307194
1990307196
1990307197
1990307198
1990307199
1990307200
1990307201
1990307202
1990307203
1990307204
1990307205
1990307206
1990307207
1990307211
1990307212
1990307213
1990307216
1990307217
1990307218
1990307219
1990307220
1990307221
1990307223
1990307224
1990307225
1990307226
1990307227
1990307228
1990307230
1990307231
1990307232
1990307233
1990307234
1990307235
1990307236
1990307238
1990307239
1990307240
1990307241
1990307242
1990307243
1990307244
1990307245
1990307246
1990307247
1990307248
1990307249
1990307250
1990307251
1990307252
1990307253
1990307254
1990307255
1990307256
1990307257
1990307258
1990307259
1990307260
1990307261
1990307262
1990307264
1990307265
1990307266
1990307267
1990307268
1990307269
1990307270
1990307271
1990307272
1990307273
1990307274
1990307275
1990307276
1990307277
1990307278
1990307279
1990307281
1990307282
1990307284
1990307285
1990307287
1990307288
1990307289
1990307290
1990307293
1990307296
1990307297
1990307298
1990307300
1990307301
1990307302
1990307303
1990307304
1990307305
1990307307
1990307308
1990307309
1990307310
1990307311
1990307312
1990307313
1990307314
1990307316
1990307317
1990307322
1990307323
1990307325
1990307326
1990307328
1990307329
1990307330
1990307332
1990307333
1990307338
1990307339
1990307341
1990307342
1990307343
1990307344
1990307346
1990307347
1990307348
1990307349
1990307350
1990307351
1990307352
1990307353
1990307354
1990307355
1990307356
1990307357
1990307358
1990307360
1990307361
1990307362
1990307363
1990307364
1990307367
1990307369
1990307370
1990307371
1990307372
1990307373
1990307374
1990307375
1990307376
1990307377
1990307379
1990307380
1990307381
1990307385
1990307386
1990307388
1990307391
1990307392
1990307393
1990307394
1990307395
1990307396
1990307397
1990307398
1990307399
1990307400
1990307401
1990307402
1990307403
1990307404
1990307405
1990307406
1990307407
1990307408
1990307409
1990307410
1990307411
1990307413
1990307415
1990307419
1990307421
1990307422
1990307423
1990307424
1990307425
1990307427
1990307428
1990307429
1990307430
1990309791
1990309844
1990309845
1990309851
1990309852
1990309853
1990309854
1990309855
1990309856
1990311330
1990311445
1990311447
1990311462
1990311539
1990311540
1990311541
retour

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

 

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

Base de données des cas

Base de données des témoignages