Rechercher les cas d'OBSERVATION

CONCHES-EN-OUCHE (27) 23.02.2016

Observé le : 23-02-2016
Région : Haute Normandie
Département : Eure
Classe : A
Résumé : CONCHES-EN-OUCHE (27) 23.02.2016. Observations par plusieurs témoins du passage à basse altitude d'un objet imposant : observation du passage d'un avion militaire C130.
Description : Dans la nuit du 23 au 24 février 2016 vers minuit plusieurs personnes en voiture sont intriguées par le passage à très basse altitude d'un objet imposant avec des lumières de couleurs différentes fixes ou clignotantes. Les témoins décrivent un objet circulaire ou triangulaire qui se déplace lentement dans le ciel à hauteur des cimes des arbres. Quatre témoins font des dépositions en gendarmerie.
Il apparait que les témoins T1 T2 et T3 du même véhicule et le témoin isolé ont observé, un avion C130, parfaitement identifié (trafic aérien) qui a décollé de la base 105 d'Evreux en direction du Sud-Ouest puis est passé au sud de Conches-en-Ouche à basse altitude avec un cap d'environ 210° (voir le compte rendu d'enquête joint).
On a ici une parfaite illustration de ce qu'un avion, en association avec d'autres facteurs, peut constituer comme effroi, émotion, et méprise, en particulier lorsque :
- cet avion est singulier (gros avion militaire), cause d'effroi du témoin de Conches-en-Ouche. L'avion était trop gros et volait trop doucement pour le témoin. En effet on sait déjà que des Airbus 380 et 320 passant au décollage ou à l'atterrissage ne donnent pas du tout la même impression de vitesse et d'altitude, alors que tout est identique.
- Il se produit une illusion de vol stationnaire (pour letémoins roulant sur la RD830) issue d'un « effet de pivot » lorsque le témoin et le phénomène sont tous deux en déplacement et que l'axe les rejoignant pivote autour d'un point ou d'une zone fixe que l'on prend alors pour le point stationnaire du phénomène. L'impression de pivot est favorisée ici par la présence d'un premier plan assez continu d'arbres brouillant le repérage.
- L'éclairage est très particulier, ici la pleine Lune qui n'est pas vue directement mais qui par réflexion sur l'avion ou diffusion dans les cimes des arbres créé des effets de disque, cône et halo de lumières qui peuvent effectivement contribuer à l'étrangeté.
L'analyse plus complète fait l'objet du document joint, notamment avec :
- la trajectoire Radar de l'avion C130.
- la reconstitution cartographique des observations avec la trajectoire de l'avion, la position des témoins, leur direction d'observation.
Le GEIPAN classe le cas en A : méprise avec un avion.
De manière plus générale, le cas illustre la richesse et la fragilité du témoignage humain face à un phénomène non reconnu, dans des conditions d'observation loin d'être idéales, et qui plus est, en situation d'émotion causée par l'étrangeté. Les témoins d'une même voiture estiment des distances très différentes (300 m à 10 km), ils voient l'avion sous une forme principalement circulaire ou ronde mais avec de fortes variantes alors que le témoin de Conches-en-Ouche voit un triangle. Les lumières rouges peuvent être fixes ou clignotantes selon les témoins. Le conducteur de la voiture est sûr d'avoir arrêté le véhicule quand les passagers assurent le contraire. On peut aussi s'interroger sur un possible effet d'influence entre témoins ou « d'amorçage d'étrangeté » quand un témoin détecte le phénomène et le montre aux autres en le qualifiant d'OVNI.
Compte-rendu : compte rendu enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages