28 Juillet 2017

Le GEIPAN publie 3 nouveaux cas D1 et revisite une vingtaine d'anciens cas D



 Le GEIPAN publie 3 nouveaux cas D1 

Et republie une vingtaine d’anciens cas D (période 1978-1998) dont la revisite a permis un reclassement vers les classifications A,B ou C.

Ces cas représentent 40 témoignages.

                   

#

Cas

Hypothèse

Class.

1

SAUTO (66) 16.02.1978

Rentrée atm.

A

2

BIERRE-LES-SEMUR (21) 18.07.1978

Lune rousse

B

3

FRESNAY-LE-COMTE (28) 25.10.1979

Lever de Soleil

A

4

[D110] DE BRAUX (04) VERS ANNOT (04) 01.12.1979

Lune

A

5

VIGEN (LE) (87) 20.12.1979

Lever de Soleil

A

6

DRY (45) 29.01.1981

Sirius

A

7

NICE (06) 19.12.1981

Ballon enfant

B

8

MARTIGUES (13) 12.01.1982

Manque info.

C

9

GROIX (56) 14.04.1982

Lune

A

10

COUDRAY-SAINT-GERMER (LE) (60) 03.09.1984

Lune 

A

11

UREPEL (64) 02.02.1985

Arcturus

A

12

RENTREE ATMOSPHERIQUE (69) 03.09.1985

Météoroïde 

B

13

LUSIGNAN (86) 28.02.1993

Lumières (sol) 

B

14

ALLAUCH (13) 31.07.1994

Ballon enfant

B

15

MAURON (56) 23.12.1995

Sky-rose

B

16

VOUZIERS (08) 06.02.1997

Manque info.

C

17

REUNION (LA) (974) 15.08.1997

Jupiter

A

18

MONETAY-SUR-ALLIER (03) 05.12.1998

Lune Rousse

A

 

Comme indiqué dans l’actualité du 14 décembre 2016 depuis 2008 la classification GEIPAN est devenue plus précise et plus stricte en particulier pour les cas D (désormais appelés D1 et D2). Cette évolution correspond aussi à un travail d’enquêtes plus approfondi rendu possible par la révolution numérique (outils, internet, …) et par le progrès dans les méthodes d’investigation (dont le traitement du témoignage humain). En parallèle le nombre annuel de cas à traiter a considérablement augmenté (facteur3).

 

Le GEIPAN indiquait aussi que son objectif est :

  • de réduire le temps moyen de traitement des cas courants, 
  • et aussi de dégager des ressources pour revisiter les cas D anciens afin de faire progresser l’expliqué et de disposer d’un corpus plus uniformisé de cas inexpliqués.

 

La présente actualité vient donc illustrer cet objectif de revisite des cas D, tâche qui se poursuivra dans les prochains mois.

 

Il est important de noter que la revisite des cas D, datant quelques fois de plusieurs décennies, bénéficie, au-delà des progressions d’outils et méthodes, de l’expérience concrète accumulée depuis avec tous les témoignage et cas expliques et non-expliqués.

 

Enfin la revisite sur les anciens cas peut se faire aussi dans l’autres sens. Nous avons détecté un petit nombre de cas classés A dont on sait aujourd’hui que l’explication ne teint pas ( encore grâce à l’évolution des outils) et pour lesquels une nouvelle analyse est en cours qui pourra éventuellement se conclure par un classement  D.