Rechercher les cas d'OBSERVATION

THORONET (LE) (83) 14.05.1995

Observé le : 14-05-1995
Région : Provence Alpes Cote d'azur
Département : Var
Classe : C
Résumé : THORONET (LE) (83) 14.05.1995. Observation d'un objet très lumineux en forme d'uf, stationnaire et silencieux près du sol : manque d'informations.
Description : Ce cas d'observation, anciennement nommé LORGUES (83) 14.05.1995, fait partie de cas classés « D » par le SEPRA et qui font aujourd'hui l'objet d'un réexamen (voir le document Notes d'enquête).

Le 14 mai 1995, un témoin, seul en camping isolé, aperçoit entre les arbres mais proche de lui, un PAN lumineux, en forme d'uf, silencieux et stationnaire à environ 1 mètre du sol. Le témoin tente de prendre l'objet en photo mais l'appareil se bloque. Le PAN semble alors changer de volume et se déplacer vers le témoin qui prend peur et s'enfuit pour appeler la gendarmerie. Il regagnera sa tente en leur présence. Lors de l'enquête aucune trace au sol ou dans la végétation ne sera remarquée par les gendarmes et aucun autre témoignage ne sera recueilli. Aucun vol d'appareil militaire n'a eu lieu le soir de l'observation sur la zone concernée.

Ce cas est peu consistant (témoin unique et isolé), la description du PAN observé est assez précise. La sincérité et la crédibilité du témoin n'ont jamais été mises en doute. Cependant, l'imprécision au niveau des horaires est un sérieux handicap pour identifier formellement le PAN. Le phénomène décrit présente beaucoup de caractéristiques communes (direction d'observation, forme, taille, couleur) avec un objet astronomique parfaitement connu : la Lune.

Ce n'est pas la perception visuelle du témoin qui est en cause, mais l'interprétation que le témoin fait de son observation à travers son ressenti (panique, fatigue, observation de nuit).

Dans la classification actuelle du GEIPAN, ce cas d'étrangeté faible est classé « C », cas non identifiable par manque de données, bien qu'une méprise avec la Lune soit envisagée.
Compte-rendu : notes d'enquete.pdf
retour

Les cas D anciens revisités depuis 2017

Le pourcentage des cas D a considérablement baissé puisqu’il atteint 3% alors qu’il était supérieur à 15% en 2016.

Cette baisse provient :

  • Du nombre moindre de classification D en flux courant lors des 10 dernières années. Ce facteur est détaillé dans l’actualité du 14 décembre 2016.
  • Et surtout du travail de revisite opéré sur l’ensemble des cas D antérieurs à 2010 (depuis la création du GEIPAN en 1977). L’opportunité et la motivation de cette revisite sont détaillées dans l’actualité du 18 décembre 2017.


La revisite des cas anciens porte à ce jour sur près de 160 cas. Vous avez ici la liste complète des cas revisités avec les liens vers les dossiers publiés (accompagnés en règle générale d’un rapport détaillé). Le travail continue avec 65 cas en cours de revisite. Le pourcentage de cas D pourrait donc continuer à baisser.


Le très fort taux de reclassement (seulement 4 cas maintenus D à ce jour) peut s’expliquer par plusieurs raisons qui seront explicitées dans une actualité à venir.

 

Par ailleurs, la revisite pourrait porter aussi sur les autres cas (en particulier les cas C). A ce propos, le GEIPAN est ouvert à tous commentaires sur des conclusions spécifiques à tel ou tel cas.

Archives csv de l'ensemble des cas et témoignages publiés sur le site du GEIPAN

Ces archives sont des fichiers au format csv qui peuvent être importés dans des systèmes de gestion de base de données ou dans des tableurs.

Elle ne comprennent que les données descriptives des cas et des témoignages, les documents associés restent téléchargeables sur la page des cas. Par souci d'anonymat, les coordonnées géographiques fournies sont celles du centre ville de la commune d'OBSERVATION pour les cas récents (après mars 2008), et celle de la gendarmerie de dépôt du procès verbal d'OBSERVATION pour les cas anciens.

         

Base de données des cas

Base de données des témoignages